• Justine Virideau

Voyager sur une véloroute ou pas ?

Tout d'abord, petite précision : une véloroute n'est pas une voie verte, une véloroute n'est pas une piste cyclable. Mais alors, quelle est la différence entre ces trois termes ? Quelques définitions avant d'entrer dans le vif du sujet.


Véloroute : itinéraire balisé pour vélo passant par des voies vertes, des pistes cyclables, des routes de campagne très peu voir pas du tout fréquentées, et parfois des routes un peu plus importantes pour des passages très courts le temps de traverser pour attraper une petite route ou voie verte plus loin ou encore à la sortie et à l'entrée des villes. La véloroute peut autant faire 100 km que plusieurs milliers et traverser plusieurs pays comme les eurovelos par exemple.



sur l'eurovelo 6 indiqué par le drapeau européen et le chiffre 6



Voie verte : une voie douce pour piétons, vélos, rollers, skate, personnes à mobilité réduite, certaines aux cavaliers mais parfois interdite pour eux, reliant plusieurs communes pour la majorité d'entre elles, interdite à tout véhicule motorisé. Sont le plus souvent faites sur des anciennes voies ferrées mais pas toujours. Certaines petites routes de campagne sont transformées en voie verte du fait d'aucune circulation automobile depuis des années. Parfois aménagée de tables de pique-nique, de poubelles, de toilettes sèches, de points d'eau potable. Ou rien du tout.

Les voies vertes sont accessibles à tous, peu importe si on a l'habitude de pédaler ou non. Utilisée la plupart du temps par les familles, pour la promenade du dimanche, venir y apprendre le vélo ou le roller à son enfant, la promenade du chien, par les vélotaffeurs, les voyageurs. Il faut adapter sa vitesse, un enfant en bas âge peut partir en courant n'importe quand dans n'importe quel sens, un chien non attaché (ce qui est normalement interdit mais bon, certains ne se gênent pas hein) peut courir aussi dans tous les sens et se jeter sous nos roues.

C'est souvent pour ça que beaucoup de cyclosportifs ne les empruntent pas.



une voie verte en Ardèche


Piste cyclable : voie interdite aux piétons et rollers ou autre bref pour les vélos uniquement (les personnes en fauteuils roulants les empruntent vu l'état et l'étroitesse des trottoirs), se trouve en grande majorité dans les villes pour nous séparer de la circulation automobile, parfois sur les voies de bus, parfois séparée de la route, parfois une simple bande cyclable non sécurisée, et le long des grandes routes à la forte circulation hors agglomération.



piste cyclable longeant la route de Saint-Tropez


Il y a aussi les "voies ou routes partagées" : ce ne sont ni des voies vertes, ni des pistes cyclable, on peut les partager avec les voitures sur les routes à faibles trafic, parfois sur des "petites" départementales, sont souvent sur les trottoirs dans les villes à partager avec les piétons. Dans les faits, toutes les routes sont logiquement des "voies partagées" (sauf les autoroutes bien entendu et les périph'), mais un panneau indique souvent une "voie/route partagée" à destination des automobilistes et des piétons car un circuit local ou un itinéraire cyclo passe par là pour les avertir qu'il peut donc y avoir des vélos.



en Haute-Loire, fréquentation routière moyenne à forte, indiqué quelques km plus tôt comme une "route partagée"



Revenons à nos moutons.


Il y a plusieurs écoles : les gens qui aiment voyager à 100% sur véloroutes, les gens qui voyagent autant sur véloroutes qu'en-dehors, et les gens qui voyagent à 100% hors des véloroutes.

Je fais parti des trois !


Une véloroute passera par des points touristiques importants, nous fera découvrir de merveilleux villages et des endroits très peu ou pas touristiques, sera tracée de sorte à ce qu'on passe devant ou très proche d'une fontaine d'eau potable, de toilettes publiques, du bistrot du village, d'un monument historique, d'une épicerie, d'un supermarché, d'une boulangerie, au centre d'un marché local, des producteurs vendant directement à la ferme, des gares, des campings et autres hébergements (gîtes, maisons d'hôtes, hôtels). Certaines sont très bien balisées, d'autres beaucoup moins. C'est majoritairement dans les villes, moyennes ou grandes ou même des villages, que le balisage pourrait manquer.

Vous l'avez donc compris, la véloroute est faite pour que le/la cycliste soit en sécurité par rapport à la circulation motorisée, voit du pays comme on dit, et qu'il/elle est accès à toutes les commodités nécessaires à son voyage.



être vigilant lors de la traversée des villages et des villes, on peut passer devant un point d'eau potable sans le voir


Elles nous font faire des détours, parfois énormes. Souvent, je coupe ces détours. Parce que la partie ne m'intéresse pas forcément, parce que j'ai envie de passer à un endroit qui m'intéresse et n'est pas forcément sur l'itinéraire. J'en sors également lorsqu'elles passent par un lieu où l'on trouve un "tourisme de masse", sauf si vraiment c'est un endroit que je rêve de voir depuis des années. Elles nous amènent parfois dans des endroits improbables, sans civilisation, avec un paysage sublime, et nous font découvrir en profondeur les départements que l'on traverse, nous font prendre des routes voies vertes ou chemins où l'on ne passerait jamais en voiture.



une magnifique petite route interdite aux véhicules motorisés sauf voitures de service et riverains


Et j'en sors aussi lorsque la voie verte m'ennuie grandement.

Il y a de magnifiques voies vertes. C'est particulièrement agréable de pédaler sur ces voies au milieu des arbres ou avec un paysage à couper le souffle.



sur l'itinéraire de l'eurovelo 3, dite la Scandibérique, la merveilleuse voie verte Galope Chopine


Puis il y a celles qui sont sans intérêt, passe au milieu d'un paysage fade, souvent sur de nombreux kilomètres en ligne droite et en plein soleil, sans possibilité de s'arrêter ou en sortir (souvenir d'un passage sur la Loire à Vélo qui n'était pas très agréable, une voie verte où de chaque côté ne se trouve que des champs à la végétation brûlée par le soleil, sans aucune sortie pendant plus d'une quinzaine de km en plein cagnard car bien sûr aucun arbre, rien. Et 15km à vélo, c'est long !)



pas d'ombre, pas de sortie, pas de bas-côté pour s'arrêter, sur plus de 15 km


Le seul soucis, c'est que les voies vertes nous font passer à côté des villes et villages. Il faut donc en sortir si on veut visiter quelque chose, trouver un hébergement, faire les courses, et aussi trouver un spot de bivouac.

Etre vigilant ou bien s'organiser car on peut rater telle ou telle ville où on veut aller, où on veut dormir, tel ou tel monument qu'on veut visiter, car ce n'est pas toujours indiqué ! J'en ai raté beaucoup à cause de ça...


Comme tout trajet, peu importe le moyen de transport, il y a des parties très intéressantes et d'autres beaucoup, beaucoup moins. Tout n'est pas non plus à 100% à disposition directement en bord de route. Il faut un minimum regarder l'itinéraire pour s'organiser correctement si on ne veut pas passer à côté de ce pourquoi nous sommes là.

Encore un exemple sur la Loire à Vélo, que je n'ai pas faite en entier (de Nevers à Tours), j'ai raté presque tous les châteaux car on ne les voit pas depuis les routes et voies vertes que nous fait prendre l'itinéraire balisé. Etant donné que je n'avais pas prévu de passer par là au départ, que je me suis retrouvé sur cet itinéraire vraiment par hasard, je n'avais pas regardé où ils sont pour sortir au bon moment, puisque bien évidemment, ils ne sont pas indiqués avec un petit panneau. Il parait que la partie que je n'ai pas faite, donc après Tours jusqu'à Nantes, est la plus intéressante et toute personne l'ayant emprunté rentre avec des étoiles pleins les yeux ! Une portion à faire donc dans le futur...



de l'agriculture intensive, oui - des châteaux, non, ou très peu


Parfois, les véloroutes sont surnommées "autoroutes à vélo". En effet, sur les plus connues (la Vélodyssée, la ViaRhôna, La Loire à Vélo, le canal des deux mers, le Méditerranée à Vélo, par exemple) il peut y avoir du monde. Pas tout le long, car nous ne pédalons pas tous en même temps exactement au même endroit, mais sur certaines portions on peut être très nombreux. C'est le cas par exemple du côté du Grau-du-Roi et la Grande-Motte, ou encore sur le canal du midi. A chaque fois que je suis passé sur celles-ci, il y avait beaucoup de voyageurs à vélo, de cyclistes locaux. J'ai même vécu quelques embouteillages sur la Viarhôna et la Méditerranée à Vélo ! Il parait que la Vélodyssée a aussi son lot intense de circulation aux abords des villes hypers touristiques.

Et puis "autoroutes à vélos" tout simplement car de très nombreuses personnes voyagent dessus chaque année, tout comme de très nombreuses personnes prennent les autoroutes en voiture.



sur le canal de la Garonne, moitié de l'itinéraire du canal des deux mers, un des plus emprunté par les voyageurs à vélo


Il y a des véloroutes faciles, accessibles à tout le monde, sans difficulté particulière, parfaite pour une première fois.

Il y a des véloroutes plus compliquées, sportives, qui demandent une certaine forme physique et même mentale dès le départ.

Il y a des passages où il est facile de trouver à manger et à boire, d'autres où il faut prévoir d'avoir assez dans les bagages.

Il y a des parties très fréquentées. Il y a des parties où on est seul au monde. Des parties urbaines. Des parties campagnardes. Des parties 100% nature.

Il y en a pour absolument tous les goûts et les envies.


L'inconvénient, d'un point de vue très personnel, est que nous savons très souvent ce qui nous attend : entre les sites internet officiels des véloroutes (oui chacune a le sien), les blogs, les forums, les groupes facebook, on voit passer de nombreuses photos, vidéos et récits détaillés de voyage. La découverte est donc assez réduite, on est rarement surpris, même si on le sait qu'entre une photo et la réalité c'est différent. Mais quand même, on sait déjà comment est l'église devant laquelle on va passer, on peut carrément visiter tout un village rien qu'avec les albums photos sur les groupes FB, on sait déjà devant quels paysages on va passer avec les vidéos, etc.

C'est à double tranchant : ça peut donner envie en voyant et lisant tout ça tout comme ça peut nous lasser et vouloir autre chose que ce qu'on voit toute l'année dans notre fil d'actualité sur facebook ou instagram.



une photo d'écluse sur le canal des deux mers parmi des milliers d'autres


J'aime tout autant voyager en-dehors des itinéraires tout tracés des véloroutes. Quand j'ai envie de "vraie" aventure, d'être surprise, de ne pas savoir à l'avance ce que je vais voir, découvrir par moi-même sans avoir vu les photos sur internet, je voyage "ailleurs".

Dans ce cas, je peux tout autant préparer à l'avance un itinéraire sur le site BRouter.de et le suivre sur mon GPS, parce que j'ai envie d'aller à tel endroit ou que je n'ai pas envie de "réfléchir" sur la route si tel passage est réalisable ou pas. Je m'amuse aussi à prendre les circuits vélo locaux sur les sites des offices de tourismes ou sur les sites les regroupant pour créer un itinéraire en les accumulant.

Tout comme j'aime avancer au feeling sans n'avoir rien préparer à l'avance et je verrai sur place si ça passe ou si il faut faire demi-tour.



sortir des "sentiers battus"


Sortir des véloroutes peut nous réserver des surprises. Autant des incroyables tout comme des impitoyables. C'est ce que j'appelle "l'aventure".



un magnifique chemin entre les vignes en avançant au hasard, en Drôme Provençale


Comme dit l'expression : "il y a autant de façon de voyager que de voyageurs". Il n'y a pas plus vrai.

A nous de trouver notre propre façon de voyager, qui reflète notre personnalité, qui colle à nos envies.




Pour aller plus loin :


Sur les sites de France Vélo Tourisme et AF3V (association nationale des usagers des véloroutes et voies vertes), vous trouverez tous les itinéraires français avec les descriptifs nécessaires à la préparation d'un voyage (kilométrage, étapes, lieux de passages, revêtement du sol, dénivelé, suggestion d'hébergements, sites remarquables à ne pas rater, etc)


Sur le site de Outdooractive, on trouve de très nombreux circuits locaux par département, pour ne pas dire tous, que ce soit pour vtt, vélo de route, randonnées pédestres, etc. De quoi se concocter un itinéraire personnalisé aux petits oignions.

Posts récents

Voir tout